C'est à propos des Rampins ; j'étais allé visiter le réseau à partir du vallon où s'écoule la résurgence, il y a de cela peut-être 30 années et j'avais été émerveillé des effets de fontaine pétrifiante façonnant des bassins successifs, j'étais passé sans souci à la source  puis à l'entrée. Je m'étais fait une certaine idée de la cavité, quelques photos avaient fixé ce souvenir. Récemment des collègues de travail m'ont demandé d'organiser une sortie surprise à l'occasion d'un mariage, un "enterrement de vie de garçon" sous terre !!! Comme le lieu de départ était Cuges, l'idée des Rampins m'a été suggérée par un copain. Calé sur mon souvenir, j'ai trouvé l'idée très bonne, simplement on passerait par le haut ce serait très simple, je me faisait fort d'enchanter mes invités. Las, je ne reconnaissais rien, si peut-être cette galerie carrée ? et après un passage bas une remontée, une étroiture verticale, un spit, une descente délicate : je n'ai pas de corde, je suis avec des débutants, pas d'excès de zèle ; après un dernier regard, on fait une boucle, puis on remonte, et, une fois changés, ils m'invitent à un sympathique restaurant à proximité ou nous dînons de bon appétit, les retrouvailles avec l'équipe féminine nous conduisent au bord de mer. J'étais perplexe et en discutant sur la fameuse verticale avec Sébastien Thomas, il m'assure que la descente est très facile : RV est pris, une nouvelle équipe  plus spéléologique est réunie, et effectivement, un court passage très étroit permet de rejoindre des prises sur le côté, on atteint une nouvelle portion de galerie, puis  on passe  à la portion inondable et enfin à la salle des dunes de sable,  quelques uns se jettent dans les passages étroits ensablés qui suivent et suent pour s'extraire du sable dans la remontée vers la suite. Au bout c'est la jonction avec Planneselves, mais Sébastien m'explique qu'ils l'ont fait une fois et c'est particulièrement étroit et gluant. Bon ça suffit on va retrouver le reste d'équipe qui se repose dans la salle. retour sans histoire, le passage dans le sable un peu pommatoire, le pas d'escalde sans souci. Une fois dehors ressassant toujours mes belles images d'autrefois, je veux revoir mon entrée,  c'est peut-être la  n° 2, à côté ? et la source et le vallon ? mes images s'écroulent comme les flancs de cette colline : tout ici est en équilibre précaire, tout est brisé : descente, montée, traversée, rien ne tient, on m'a volé mon entrée, mon vallon et pire on m'a cassé un souvenir !! C'est sûr j'y  retournerai et j'y monterai par le bas...