Participant(e)s : Clémence, Anne-Marie, Jacques, Maurice, Antoine, Daniel, Pierre et Adrien

Jacques avait l'idée de retourner faire un petit tour dans cet aven longtemps oublié. Après deux tentatives infructueuses de mettre le nez dessus, l'a fallu que Pierre décide de nous y conduire. Et heureusement, car les arbres et la végétation ont légèrement poussé. Nous nous mîmes en route vers le p27 du Ruph, non loin du Mas du même nom et pas trop éloigné de la ferme de la Quiquié.

Les recherches commencèrent mais le sentiment que ce trou allait nous échapper se faisait de plus en plus fort. Mais à la suite de quelques bartassages en fond de combe, une voix, lointaine mais reconnaissable nous rendit l'espoir. Pierre était là.

Son souvenir avait autant changé que le paysage autour. Il fallut un peu de patience et beaucoup de flair pour enfin trouver l'entrée.

Bref après un rapide équipement de nous et du trou, tout le monde à part Clémence se jette dans l'abîme. Jacques et moi, premiers arrivés sur les lieux, nous mettons en recherche d'un possible courant d'air et donc d'une possible suite. Après le franchissement d'une étroiture remontante, nous redécouvrons  une série de petites sallounettes et cheminées. Mais le plus étonnant, c'est le ressaut de 3 m qui donne accès à une salle qui elle même semble donner sur un puit sondé aux cailloux gardois à environ 6 ou 7m. Ma scurion aura permis d 'entrevoir ce beau volume que nous reviendrons fureter...

Tpst : 1h