Participants : Adrien, Willy, Romain, Tommy et moi (Anne)

 

Mercredi 3 août 2011 Journée spéciale formation pour les petits nouveaux que nous sommes par Adrien et Willy. Dès l’habillement, Tommy et moi nous rendons compte que nous avons déjà tout faux : Cela se passe en falaise, en plein soleil donc, et nos grosses bottes sont parfaitement déplacées. Tant pis, ça nous mettra mieux en situation ; après tout, on s’entraîne pour les grottes, et sous terre, nous n’aurons pas nos petites baskets confortables. (Ces randonneurs qu’on croise, va savoir pourquoi ils rigolent en nous voyant arriver.)

 

Équipement personnel, enkitement, et c’est parti. Au bord du trou, les vingt mètres font bien plus d’effet que lorsqu’il s’agit d’un puits souterrain. On descend sous l’œil attentif des ‘grands’ – Romain et Tommy en glissant élégamment, moi comme au ralenti dans un mouvement saccadé mais que voulez-vous –, et voilà que nous sommes prêts pour attaquer le programme ambitieux qu’Adrien nous a concocté : conversions, passage de nœud et fractionnements.

Adrien explique la conversion, manœuvre consistant à passer d’un sens de progression sur corde à l’autre : redescendre alors qu’on était en train de monter, ou remonter alors qu’on était en train de descendre (cf. l’article « La conversion facile » dans la rubrique « Articles » - « Équipement – Technique » de ce site). Tout semble évident, Adrien monte et descend plusieurs fois avec la rapidité d’un singe, puis c’est notre tour.  Et bien sûr, non non non, ce n’est pas facile du tout, du moins au début. Il nous faut plusieurs allers-retours à la verticale avant d’intégrer l’ordre des gestes. Leçon numéro deux, le passage de nœud. Adrien nous donne les explications, en insistant sur le fait que l'on peut ne pas se longer dans le nœud même, au cas où il aurait été fait afin d’isoler un morceau de corde abîmé. Passer un nœud en montant n’est effectivement pas très dur ; poignée par-dessus, croll par-dessus, et le tour est joué.

En revanche, la descente apporte (pour moi en tout cas) son lot de misères comme le mousqueton de frein qui ne veut pas se défaire, la main que je faillis me coincer entre le descendeur et le nœud à chaque fois, le descendeur qui refuse de s’ouvrir et la poignée qui, restée trop haut, ne se défait plus. Je répète donc l’exercice maintes fois, sans toutefois avoir l’impression d’accélérer sensiblement mon allure. Comme dit si bien Tommy, la spéléo, c’est d’abord une bonne leçon d’humilité ! Nous passons ainsi gaiement la journée à nous entraîner sur les quatre voies qu’Adrien et Willy ont équipées, les garçons en mode Spiderman, moi en mode escargot.

Adrien nous fait une petite introduction aux techniques de réchappe (qui me fait prier que je ne perdrai jamais ni ma poignée ni mon bloqueur ventral ni rien) et nous raconte quelques histoires peu édifiantes sur les chutes mortelles causées par des erreurs de progression sur corde. Promis, on fera gaffe ! Après quoi, il ne nous reste plus qu’à attaquer la série de fractionnements ! Cet exercice se passe également très bien (Adrien étant resté juste devant moi pour me guider). J’aurai bien envie de remonter encore quelques fois, mais c’est déjà l’heure ; Willy commence à déséquiper. Notre dernière leçon pour aujourd’hui, la méthode spéléologiquement correcte pour lover et serrer les cordes, puis cette super journée est déjà finie. Le temps a passé trop vite comme d’hab. Merci à tous pour votre patience, vigilance et bonne humeur !

Anne

 

Compléments de Tommy :

C'est parti pour cette sortie initiée par Romain, on décolle direction Méjannes où Adrien nous as concocté une journée apprentissage/perfectionnement sur falaise, conversions – passage de nœud – fractionnement etc, dans cette magnifique grotte à ciel ouvert. Un puit d'une quinzaine de mètres de diamètre, pour vingt mètres de profondeur. (même si le promeneur glandu du coin ne peut pas s’empêcher : « Pfff, y'a 12m là, pas plus... » Merci pour cette remarque très intéressante et constructive l'ami^^)

C'est magnifique, bel ensoleillement bonne température il y fait super bon, très agréable de goûter aux joies de la spéléo en t-shirt héhé. Anne, la plus novice du groupe très humble et assez impressionnée, s'en est je trouve sortie à merveille. Très attentive et très intéressée, elle a pas arrêté de monter descendre les différentes voies équipées par Adrien, pratiquer les conversions encore et encore afin de bien assimiler toutes les manœuvres, et au final elle s'est super bien débrouillée, impeccable. Avec Romain ça nous as fait du bien de pratiquer tout ça, ça commence à vraiment bien être intégré et on a même pu se permettre de faire un peu les cons et de s'amuser comme des gosses, franchement c'était excellent cette journée. J'ai fait le cobaye en simulant un malaise sur la corde à 5m de haut, et Adrien a pu s'entrainer à évacuer un poids semi-mort, apparemment niveau temps ça a été très correct et du coup il m'aurait sauvé la vie. Cool^^ ;-) Merci à Willy et Adrien les moniteurs au poil ;-) on s'est régalés! A bientôt pour de nouvelles aventures ;-)

Tommy

 

Compléments de Romain :

Le soleil nous attendait sur le plateau de Méjannes le Clap pour une grosse journée de manoeuvres sur corde en tee-shirt, ça c'est classe! Là un randonneur que l'on croise en s'équipant, nous informe qu'un épisode sismique vient d'avoir lieu dans la nuit, merci Mr pour l'info c'est rassurant:) Adrien et Willy en tête équipent les voies, puis le feu vert est donné: Tommy, Anne et moi nous élançons pour rejoindre le bas du P20. Un bon briefing et c'est parti: monter, descendre, convertir dans un sens puis dans l'autre, re-monter, re-descendre, passer les noeuds par en haut, par en bas, re-re-monter, re-re-descendre, la tête en haut, la tête en bas, etc... ;-) Bref on enchaîne les manoeuvres le sourire aux lèvres, tout ça commence à rentrer! Bertrand aurait été fier de moi: "ça y est je tiens droit sur une corde" !!! Pause casse-croûte, décompression, impressions, sensations. Il est temps de s'y remettre, on ne nous arrêté plus. La journée étant passée à une allure, il est temps de reprendre la route de la maison, sur laqu'elle nous faisons un crochet par Malataverne comme prévu le matin, après qu'Adrien nous l'ai recommandé, histoire de faire le plein de fromages de chèvre directement chez le producteur, perso je sur-recommande ce mini-crochet, ce fromage est "une pure tuerie" ;-) La pluie nous a accompagné pour le retour qui fût calme.

Romain.

{gallery slider=boxplus.carousel}2011-08-03-peyre-haute{/gallery}