Participant(e)s : GSBM : Patrick, Olivier, Laurent, MJC Aubagne : Alain, Thierry, ASM : Eric, Bertrand et moi (Adrien) et dont je ne connais pas les clubs : Françoise, Bernard, Marc.

Faut avoir le moral pour aller au bout de ce méandre, 580 m de frotti-frotta, de « je te monte, je te descends », enfin fallait s'y traîner. Heureusement l'équipe était là, soudée, solidaire, et ça ce n'est pas si fréquent.

Donc nous nous sommes retrouvés à l'entrée vers 10h, Eric avec un genou mal en point, Olivier avec une gueule de « j'ai mal dormi », et tous nos camarades du jour. Objectif de la séance : sortir le p50 entrepris les fois d'avant et tirer quelques clichés pour la postérité. C'est ainsi que nous nous sommes rendus sans encombres et rapidement à -200. Eric qui avait quelques douleurs persistantes préféra remonter. La prochaine fois faudra que l'on s'organise un peu mieux pour éviter que quelqu'un ne remonte seul comme ce fut le cas ici.

Aussi nous nous sommes suivis dans ce méandre, long, un peu trop long, mais très esthétique sur ses 50 derniers mètres. Merci au guides. Arrivé à son extrémité quel bonheur d’apercevoir un bon point chaud avec tout ce qu'il faut pour remonter le moral des troupes. Olivier, Marc déjà sur place, étaient en pleine ascension et faisaient rugir la perfo. C'est ainsi qu'au bout d'une heure environ ils réussirent à finaliser l'escalade du ce beau p54 (mesure d'Alain). Quel ne fut pas l'étonnement de se retrouver de nouveau devant une verticale encore plus belle et large que la première. A première vue un p50 - p60. Patrick, Marc et Olivier ont continué jusqu'à plus de goujons, plus de corde, plus d'accus. Vingts mètres de ce puits ont été vaincus.

De notre côté on a commencé à plier le point chaud pour le remonter d'un cran pour les prochaines explos.

Le retour s'est effectué tranquillement, et bizarrement plus vite qu'à l'aller. Ainsi au lieu des trois heures qu'il fallait pour aller du bas de l'Anaconda au bout du méandre amont, ils nous a fallu 2h15 dans le sens du retour.

Merci à Thierry, Alain et tout le monde de nous avoir montré les passages clés. Sans quoi il y avait de quoi passer du temps à chercher sa route. Il faut également noter la persévérance et la fougue de Laurent, pour qui c'était la première fois dans un méandre. Beaux baptême.

Nous sommes ressortis vers 2h15 avec Bertrand, et avons attendu que tout le monde soit dehors. Bernard et Françoise étant arrivés vers 4h30.

Gros courant d'air dans le réseau. Vu la taille des puits et leurs gueules, il ne fait aucun doute que c'est le drain principal du Souffleur, le réseau classique jusqu'à -200 étant sûrement un affluent.

La neige nous a accueillis à la sortie. Gros dodo dans les bagnoles pour quelques-uns.

L'histoire continue...

TPST : 13h

 

Complément d'Olivier :

Nous nous retrouvons une fois de plus à Saint Christol .   Les préparatifs vont bon train . Afin de gagner du temps les premiers rentrent sous terre .
A -200 à la salle à manger Marc, Alain, Thierry et olivier se préparent pour remonter un nouvelle fois le méandre de l'Ancou qu'on pourrais surnommer" le raboteur de matériel ". Afin d'optimiser  l'explo, marc et olivier partent devant afin de continuer l'escalade, Alain et Thierry suivent avec le reste de l'équipe .Alain en profite pour baliser le méandre et l'aménager avec sa massette .
Marc découvre le méandre ,  nous arrivons au point chaud , rapidement nous préparons le matos , Marc monte au relais et olivier continue l'escalade.  Le niveau d'eau est très faible , cela permet d'avoir une bonne vision .  Un banc de silex semble poser problème pour la sortie du Puits . la décision est prise de se diriger en diagonale vers l'arrivée d'eau . Il reste environ 8 mètres pour arriver au palier . Effectivement , c'est le meilleur endroit pour passer le banc de silex,  sans grosse difficulté olivier se retrouve sur le palier , il équipe et marc le rejoint .
Pour la suite il y a plusieurs options  . Il reste environ  10 mètres pour arriver au plafond . D'un côté l'actif de l'autre le fossile , et au milieu un petit actif avec une lucarne au plafond , marc attaque l'escalade et rapidement il franchit la lucarne . Derrière c'est du grand  .
Pendant ce temps nous voyons les flashs  des photographes en bas du puits.    Après avoir équipé la remonté , l'explo continue, une galerie d'une vingtaine de mètres de long et de 2 mètres de large est découverte . En Hauteur nous apercevons à travers la paroi un grand vide , nous suivons l'actif  et nous débouchons à la basse d'un puits d'environ 60 à 70 mètres , les parois lisses de toute beauté .   Les dimensions sont impressionnantes , dignes des plus beaux puits du souffleur  . La base du puits doit faire 12m *8 m .
Patrick attaque l'escalade sur la droite , après une dizaine de mètres , Marc prend la suite , il installe un relais confortable à 12 mètres de haut . Olivier le rejoint ainsi que Pat.
Pendant que les deux grimpent , le reste de l'équipe retourne au point chaud , celui-ci est démonté, rangé.
Après  une douzaine de goujons , l'escalade est arrêtée sur manque de tout.  ( Corde,goujons, bras , heure tardive .. ). Nous pensons avoir escaladé 20 mètres .
L'équipe du fond rejoint Alain Bernard et Françoise dans le méandre . Une bonne pose coca au milieu et nous voilà reparti; il est environ  1 heures du matin quand nous arrivons à la salle à manger .
Le reste de l'équipe est présente, Après une bonne collation les premiers remontent .
Deux heures plus tard la sortie se fait sous la neige .   Les derniers sortiront vers 4h30 du matin .
Un grand bravo à tous les participants pour cette exploration qui s'est déroulée dans la bonne humeur et la convivialité .

 

{morfeo 83}