Compte rendu du weekend end spéléo des « collègues »

Dimanche 23 et Lundi 24 Mai.

Après pléthores arrangements, olive et moi avons décidé de partir sur une désob’ le dimanche soir sur l’Aven des Neiges et enchainer sur la découverte du Jean Nouveau le Lundi de Pentecôte.

En début de soirée, olive passe me prendre sur Bonnieux en direction de Murs pour récupérer les seaux et les outils de désob’. Le comité d’accueil composé de Gérard et Dominique, armé de pastis et Martini, fatigués d’un congrès en grandes pompes et macho à gogo , nous reçoivent comme il se doit.

Nous voilà en route pour l’Aven de tous les espoirs.

Arrivés à Sault, nous nous devons de faire un arrêt chez un vieux collègue, qui finalement refusera de se faire « caguer » à creuser toute la soirée un trou qu’il ne connait pas.

Faut dire aussi que la spéléo, il n’en a pas fait depuis au moins dix ans et malgré les magrets de canard grillés et le pinard qu’on va s’envoyer, fallait pas trop lui en demander.

 

 

 

 

Nous avons attaqué la désob vers 9h, Aurore nous a rejoints assez rapidement, facilitant grandement l’extraction des seaux de la cavité. Nous avons continué à vider la trémie, en avançant vers la potentielle deuxième entrée. Dans cette direction, à peu prés à la hauteur de la cuisse, nous pouvons constater des blocs de roche assez important qui se détachent, il devient difficile de les sortir de la cavité, Sinon, rien de très intéressant à signaler.

Vers minuit trente , nous stoppons les travaux.

Le Lundi matin, le décollage s’effectue vers 11h. On prend le temps, après une soirée fatigante et bien remplie. Nous abandonnons Aurore à Saint Cristol, puis nous partons à la recherche du Jean Nouveau, en direction de Saint Saturnin d’Apt. Arrivée sur le gouffre, profitant des joies du congrès national de spéléologie établi sur le plateau d’Albion pendant trois jours, (Merci le CDS 84 et 04 !) nous abordons la phase du « j’enfile mon équipement »…S’ensuit un dialogue à faire se réveiller un spéléo mort qui se la raconte encore dans sa tombe…

Cyril : MERDE !!! Olive !!!

Olive : Quoi ?

Cyril : Putain ! Je n’ai pas mon machin central !

Olive : Hein ?

Cyril : Mon truc quoi !

Olive : T’as pas ton MAVC ?

Cyril : Mon Quoi ?

Merde ! Nous voilà repartis sur le congrès pour acheter un Maillon à vis de ceinture.

Je vous laisse imaginer les rigolades qu’ont pu se payer les spéléos du congrès qui nous ont croisés…

Finalement, vers 15h on était dans le trou, avec un compagnon de route, prénommé Roger, des TNT de Lozère. Ce fut une journée plus que comique, avec des hauts et des bas mais on aura bien rigolé. Ce serait beaucoup trop long à raconter dans les détails, mais juste pour finir :



Olive n’avait pas son baudrier de poitrine à l’entrée du gouffre, mais surtout, surtout… vers 22h30 en rentrant chez moi, j’ai retrouvé le MAVC dans une des poches de mon sac à dos...Moralité :

Quand on laisse son matos dans son kit après une sortie, on est sûr de le retrouver au même endroit.