Le matériel

(d'après le site de la FFME)

La Combinaison

Complète ou en deux parties, (veste, pantalon ou salopette) d'une épaisseur de 3,5 à 7 mm, choisissez un modèle qui, bien ajusté au corps vous protégera ainsi mieux du froid. Surveillez aussi la bonne liberté des épaules, bras et jambes pour effectuer les mouvements de marche, nage et sauts.


Les sous-vêtements

Les collants / sweat-shirts en fibre creuse ou semi-creuse (Carlineâ , Polartecâ , etc.) ou en laine naturelle offriront un plus pour la protection contre le froid.
Sous la combinaison ou dans le bidon étanche au cas où !


La cagoule

Solidaire ou amovible de la combinaison elle enveloppera parfaitement la tête en respectant l'aisance des mouvements du cou.
Le modèle amovible sera pourvu d'une bavette suffisamment large pour assurer une bonne étanchéité en passant sous le col de la combinaison.


Gants et chaussons isothermes

Indispensables en eau froide


Les chaussures

Adhérentes, et suffisamment souples pour faciliter la progression et éviter les glissades à l'impulsion lors des sauts.
Un plus, les chaussures montantes protègent les chevilles des chocs (trous, blocs, branches).


Le casque

Indispensable et bien ajusté à la forme du crâne, il est percé de trous favorisant l'évacuation de l'eau. Il répond également aux normes en vigueur concernant la résistance aux chocs.


Le Cuissard

Réglable en taille et cuisses, il assurera votre sécurité tout en permettant le confort lors des attentes aux relais parois ou des longs rappels.
Choisissez un modèle dont le pontet haut (rigide ou souple) simplifiera l'utilisation des longes, descendeurs, les manipulations sur descendeurs, systèmes autobloquants, etc.


Le sac à dos

Son volume sera adapté au type de portage à effectuer dans le canyon (et aux longueurs de cordes nécessaires) tout en offrant un maximum de confort (larges bretelles et ceinture). Mais dans tous les cas, le volume de matériel à transporter est toujours important en entrée et sortie de canyon : combinaison, bidon, casque, cordes...
Les modèles de sacs les mieux adaptés sont fabriqués avec un matériau très résistant à l'abrasion. S'ils ne sont pas étanches, ils doivent pouvoir se vider de l'eau rapidement (grilles ou perçages rivetés au fond, voire sur les côtés du sac).


Les bidons et sacs étanches

D'un volume de 3,5 à 67 litres, ronds ou carrés (pour certains bidons) ils s'adaptent parfaitement à votre sac. Le choix du volume est fait en fonction du type de portage nécessaire dans le canyon.
Ils protègent de l'eau les vivres de course, vêtements secs, matériel de secours, pharmacie etc.
De plus, ils forment une réserve d'air garantissant la flottabilité de votre sac.


Les cordes

On en distingue trois types :
- Montagne
- Canyon
- Spéléo

La longueur de vos cordes sera choisie en fonction des hauteurs de rappel à effectuer dans le canyon et des réglementations territoriales (3 ou 4 fois la hauteur de la plus haute verticale).
Le diamètre sera choisi en fonction du nombre de rappels et des frottements. Plus le diamètre est important, plus la corde résiste à l'abrasion.

Corde Canyon

La caractéristique de la corde canyon est généralement sa flottabilité due à une âme en polypropylène. Elle présente l'avantage de pardonner aux néophytes quelques erreurs de manipulation : perte de la corde au fond d'une vasque. L'autre caractéristique est sa visibilité : couleur jaune ou rouge fluorescente.
Leur diamètre varie de 9,3 à 10,5 mm. Les gaines sont en polyamide ou en polyester.
C'est une corde semi-statique. En cas de choc, elle transmet presque intégralement la force de choc au canyoniste et aux amarrages. Elle n'est pas faite pour enrayer une chute.
Son inconvénient réside dans sa faible résistance à l'abrasion et quelques fois dans ses variations de longueur.

ATTENTION !
Ces cordes (sauf diamètre 10,5 mm) sont conçues actuellement pour être utilisée mouillée, à double, et non à simple comme certaines cordes Montagne ou Spéléo.

Corde de Montagne

Les cordes de rappel (corde répondant à la norme U.I.A.A. corde à double "1/2") peuvent être utilisées pour la descente de canyon. Constituées d'un brin bicolore ou de 2 brins de couleurs différentes, leur diamètre varie de 8,1 à 9 mm. Elles présentent le plus grand confort d'utilisation (souplesse) parmi les 3 types de corde.
Elles sont les seules à pouvoir être utilisées comme moyen d'assurance efficace, lors d'une sortie d'urgence du canyon, en escalade.
On peut les utiliser (en double uniquement) dans des canyons ne présentant pas de verticales supérieures à une quinzaine de mètres mais surtout comme corde de secours.
Elles présentent plusieurs inconvénients : leur grande élasticité les rend peu pratiques pour les remontées sur corde (phénomène de Yo-Yo) et peu confortables dans les grandes verticales pour les mêmes raisons. Elles s'alourdissent de façon importante quand elles sont mouillées (les traitements "dry" deviennent rapidement inefficaces dans ce milieu).

ATTENTION !
Faible résistance à l'abrasion dans ce milieu, donc protection systématique.

Corde Spéléo

C'est une corde semi-statique très résistante à l'abrasion dans ce milieu. Elle est monochrome généralement blanche, son diamètre allant de 9 à 10,5 mm. La norme "EN 1891" permet de l'utiliser à simple, mais nous déconseillons cette utilisation en canyon, responsable d'accidents par rupture de corde. Deux cordes fines (9 mm) désolidarisées sont toujours plus résistantes à l'abrasion qu'une grosse (10,5 mm).
Elle se caractérise par une raideur rendant sa manipulation laborieuse. Elle est difficile à récupérer dans les longs rappels.
Il est plus difficile de repérer les points d'usure d'une corde statique que d'une corde dynamique.

Viellissement

Toutes ces cordes vieillissent dès qu'elles sont dépliées et exposées aux UV. Les constructeurs conseillent de les changer régulièrement et de ne plus les utiliser au bout de cinq ans.
Les cordes sont millésimées à l'aide d'un fil de couleur ou une bandelette où est inscrit le type de corde et l'année de fabrication.

Par exemple pour les cordes Béal, les couleurs des fils sont les suivants : années se terminant par :
0 : noir, 1 : brun, 2 : rouge, 3 : orange, 4 : jaune, 5 : vert, 6 : bleu, 7 : mauve, 8 : gris, 9 : rose

ATTENTION !
Ne marquez pas de manière définitive le milieu de vos cordes monochrome !
En effet vous serez souvent contraint de retailler une longueur de corde à la suite d'un endommagement de la gaine et dans ce cas le "milieu" marqué ne correspondra plus au nouveau milieu.

Protection des cordes

Souvent confrontés au problème du frottement de la corde sur des arrêtes vives, vous la protégerez en installant à cet endroit un "protège corde" ou un sac bloqué.
Ensachez vos cordes : pour faciliter l'utilisation de la corde, rangez la dans un sac à dos s'il possède une séparation corde/affaire personnelle ou dans un "kit-boule". L'opération d'ensachage consiste à faire filer la corde dans le sac après l'avoir passée dans un point de renvoi : un mousqueton dans la jugulaire du casque. On a ainsi les 2 mains pour faire rentrer la corde dans le sac. Attacher l'extrémité sur le bord du sac.
Ensachée, il est difficile de connaître la longueur d'une corde. Pour vous permettre de rapidement les distinguer, marquez-les aux deux extrémités.
Les cordes semi-statiques ont tendance à rétrécir après usage, les dynamiques à s'allonger. Une corde semi-statique neuve de 40 m peut se rétrécir de quelques mètres après les premières utilisations mouillées.


Les sangles

Statiques, leur largeur peut aller de 15 mm à 28 mm, vendues au mètre ou sous forme d'anneaux préfabriqués elles sont utilisées pour relier les points d'un relais, mais servent aussi de pédale, etc.
Utiliser de préférence des sangles d'une largeur maximale de 20 mm.

ATTENTION !
Pour nouer en anneau une sangle, seul le noeud dit "de sangle" doit être utilisé.


Les cordelettes

D'un diamètre de 6 à 8 mm elles sont utilisées comme autobloquants, pédales, porte-matériel etc.


Les longes

Formée de deux brins, de longueurs différentes (pour s'adapter à la distance nécessaire) et si elle n'est pas conçue pour l'absorption de choc (système à déchirement de coutures ou corde montée sur absorbeur d'énergie) elle est fabriquée avec de la corde dynamique de diamètre de 9 à 10 mm.

ATTENTION !
Pour votre sécurité, inspectez votre longe après chaque sortie et changez en régulièrement


Le descendeur

Le plus utilisé reste le modèle type "Huit" bien qu'il existent d'autres systèmes.

ATTENTION !
La perte d'un descendeur est un problème majeur dans une progression. Il est préférable d'avoir un descendeur de secours pour le groupe.


Les mousquetons

Type "Montagne" droits ou coudés et mousquetons de sécurité, ils respecteront les normes N.E. et U.I.A.A.

ATTENTION !
Les mousquetons de sécurité qui évitent tout risque d'ouverture intempestif présentent un réel danger sous cascade et en réception au pied des cascades ! Ces mousquetons ont un système de verrouillage automatique.
Utiliser un mousqueton à vis avec le huit !


Les bloqueurs mécaniques

Le cas particulier du shunt
Seul outil connu à l'heure actuelle permettant de travailler sur deux brins.
On l'utilise comme auto-assurance à la descente ou comme bloqueur dans les manoeuvres de secours.

ATTENTION !
En rappel arrosé, son utilisation est proscrite.


Marteaux Tamponnoirs, Chevilles auto foreuses et cônes, Plaquettes, Maillons rapides, Pitons et Coinceurs

Ce sont les outils indispensables au rééquipement d'un relais arraché par une crue ou d'une échappatoire. Leur emploi nécessite une technicité afin de trouver le positionnement des points. Réussir le perçage (diamètre et longueur) est le gage de l'expansion des chevilles.
L'utilisation sûre des pitons et coinceurs demande de l'expérience. Les techniques de coincement et de pitonnage ne s'improvisent pas.
Munissez-vous de quelques maillons rapides supplémentaires en remplacement de ceux qui vous paraissent douteux, et dans votre trousse à spits, vous aurez soins de ranger les cônes dans une boite hermétique (type pellicule photo), reliés entre eux par un ruban adhésif pour éviter de les perdre à l'ouverture.


Couteau et sifflet

Comme pendentif accessible sous la combinaison ou au cuissard, un couteau de pont fermé (lame inoxydable et manche en plastique) ouvrable d'une seule main. Le sifflet (plastique) lui aussi doit être accessible rapidement.


La carte

Elle est indispensable. Elle permet de reconnaître l'itinéraire d'approche et de retour. Elle donne des renseignements sur les échappatoires possibles. Elle indiquent la taille et le nombre des affluents du canyon choisi. Elle renseigne sur la taille et la nature (végétation) du bassin versant.
Elle permettra de ne pas s'égarer et ainsi de respecter l'horaire prévu.


Le topo

Sa consultation préalable, quand il existe, est elle aussi indispensable. Le topo renseigne sur les expériences précédentes. Il décrit parfois la course de manière détaillée. Il donne un aperçu de la descente, indique les informations indispensables telles que les longueurs de cordes, la nature de la roche, la température habituelle de l'eau, le débit naturel du canyon.
Une photocopie dans le bidon étanche est un outil précieux.